Rejoins la saga de romance suspense aux milliers de fans !

GALE

Les galères, encore et toujours.
Gale n’a connu que ça, pour le moment.
Mais la rencontre avec un certain Jerry Welsh pourrait bien changer la donne et lui ouvrir de nouvelles perspectives d’avenir.
Le leader emblématique des Wild Crows, le motorcycle club local lui offre une place qui lui assurerait un tout autre mode de vie, plus proche de son tempérament de feu.
La liberté résonne en lui depuis toujours comme un éternel refrain avide d’instants de vie bruts et débridés.
Quand on rencontre un corbeau, on ne l’oublie pas.

Reçois dès maintenant ce préquel offert !

N'attends plus ! Gale t'invite à découvrir la Californie ! 

Gare aux bikers locaux ! 


Extrait

Son index me montra le patch de Président qu’arborait son blouson en cuir au niveau de la poitrine. Je déglutis. Trop empressé de mettre les voiles, je n’avais même pas remarqué que le type en face de moi s’avérait être le leader d’un club de bikers. Je compris illico.

J’en avais déjà plusieurs fois entendu parler parce que des mecs, d’un quartier craignos dans lequel j’avais vécu, faisaient appel à ces types pour se fournir en came. Les Wild Crows. Leur réputation ? Celle de mecs à qui on ne la faisait pas à l’envers à moins d’être suicidaire. Je n’avais peur de personne sur cette fichue planète, pourtant, mon instinct m’intima de ne pas jouer les gros bras avec mon interlocuteur.

— Je ne deale pas, décrétai-je, sans laisser de place au doute.

J’avais déjà vu les ravages que cette merde faisait en ville. Hors de question de participer à ce genre de conneries. C’était une approche déloyale, selon moi. Tu voulais t’en prendre à quelqu’un, tu le faisais frontalement, ça, c’était ma vision des choses. En revanche, décimer une flopée d’ados influençables avec cette saloperie, ou ne serait-ce que participer à ce genre de plans, non, ça ne ferait jamais partie de mes projets.

— OK, mais côté mécanique, tu gères, à ce qu’on dit ? Des habitués de mon garage m’ont vanté tes mérites, pourtant on n’vit pas dans la même ville.

Je haussai les épaules, incertain de ce qu’il valait mieux répondre pour me sortir de là.

— Bon, écoute, moi je cherche des gars pour renforcer mon équipe. Tu roules, tu peux bosser dans un garage, tu sais te battre. Donc, ton cas m’intéresse. Oh, et à moins d’avoir loupé quelque chose, tu n’as pas vraiment d’attache, ni quoi que ce soit à perdre.

Sa réplique me piqua au vif. De quel droit ce connard imbu de sa personne s’autorisait-il à juger ma vie ? Ma mâchoire se contracta par réflexe, et mon poing droit se serrait, prêt à faire feu au besoin, bien loin de toute considération réfléchie.

— Du calme, c’était une simple analyse de la situation.

— Vous croyez tout savoir avec vos informations de seconde zone, mais en réalité, vous ne savez rien du tout, grognai-je, désormais plus menaçant.

Si ce mec était bien celui que je pensais, alors qu’il prenne bien note : le « gamin » dressé face à lui n’avait rien d’un tendre. Et il ne craignait pas Jerry Welsh ni personne

d’autre.

— Alors, c’est un oui ?

Son culot finit par me convaincre que c’était un vrai barje.

Mon mutisme le poussa à plus de précisions.

— Tu bosses dans mon garage, et je te paierai un demi salaire en plus de ce que tu touches actuellement, le tout en liquide. Tu deviens prospect pour mon club, pendant quelques mois, un an au plus, le temps de faire tes preuves. Quand les affaires roulent bien, on se permet de jolies primes, en plus d’autres avantages… Tu ne veux pas dealer pour le moment, j’accepte, tu verras au fil du temps comme ça peut doubler ta paye. D’ici là, tu rendras d’autres services au club, et tes poings seront tes meilleurs alliés, pour ça.

Ne serait-ce que par fierté, et pour le voir ravaler la sienne, je brûlais d’envie de dire non. Pourtant, je ne contrôlai pas la suite. Un « OK pour moi » sortit de mes lèvres et je compris que le diable en personne et moi venions de signer un pacte sur lequel il ne serait jamais possible de revenir.

Blandine P. Martin

Emily has loved art ever since her dad took her to the Whitney at age 5. Fascinated by the beautiful paintings, her dad had to drag her out of the museum. Now she has made it her mission to make everyone love art!


.