Selon des études réalisées en 2019 et en 2022 (Cf Qapanews.fr auprès de 4,5 millions de personnes), 71% des Français s’ennuient au travail… et 62 % en télétravail ! La pandémie semble avoir aggravé le phénomène.

Les heures qui s'égrènent et paraissent une éternité au travail peuvent être un vrai supplice ! Ceux qui doivent rester présents au bureau ou en télétravail plus de huit heures par jour sans mission motivante subissent une vraie torture mentale.

Parmi les personnes que j'ai accompagnées l'année dernière, l'une d'entre elles m'avoua qu'elle souffrait beaucoup de cet ennui au travail. Elle pouvait rester des heures sans rien à faire. Sinon, on lui confiait des tâches sans intérêt pour elle et en-deçà de ses compétences. Cette cliente vivait cette situation d'autant plus mal qu'elle sortait d'un burn-out. Retrouver le monde du travail dans ces conditions était tout sauf aidant pour elle. 

Au début de cette situation, elle culpabilisait beaucoup : elle se sentait inutile. Elle avait perdu toute estime d'elle-même. Elle vivait cette situation comme une punition : une placardisation. Elle avait osé exprimer son mal-être à sa hiérarchie et auprès d'un syndicat, mais dans un premier temps sa démarche était restée "lettre morte". Elle m'avoua aussi se sentir littéralement épuisée en sortant du travail, alors qu'elle n'avait pas grand chose à faire dans la journée. Elle avait besoin d'avoir un travail utile, d'autant qu'elle était payée comme elle me le répétait à l'envie.

➡︎ Ce paradoxe créait en elle une souffrance psychique extrême et un épuisement moral. Elle était en proie à un conflit intérieur intense.

Ce sentiment d'ennui et d'inutilité génère souvent une fatigue chronique au travail.

- L'ennui au travail désigné par le terme anglo-saxon bore-out provoque un syndrome d'épuisement professionnel. Être en bore-out signifie être à bout, par manque de travail, de motivation ou de défis professionnels intéressants.

- La perte de sens ou Brown-out correspond à un mal-être profond au travail, qui est souvent provoqué par des conflits de valeurs à la fois internes et externes.

↪︎ Les conflits de valeurs internes : vous êtes en conflit avec vous-même, car vos tâches vous semblent sans intérêt et vous vous en voulez d'être là. Toutefois, vous restez malgré tout dans ce job pour plusieurs raisons :

  •  Vous craignez de perdre votre emploi et de ne pas pouvoir en retrouver un autre facilement.
  • Vous estimez être trop âgé(e) pour changer et vous attendez la retraite. S'il ne vous reste que deux ou trois ans, cette situation peut être viable, mais s'il vous reste cinq, dix voire quinze ans, ce mal-être peut devenir insupportable.
  • Votre conjoint travaille dans la région et vous ne pouvez pas partir ailleurs facilement.
  • Vous craignez un nouvel échec dans un autre emploi.
  • Vous n'avez plus la confiance, ni l'énergie pour tenter l'aventure ailleurs.

↪︎ Les conflits de valeurs externes : vous n'êtes pas d'accord avec les choix stratégiques de votre entreprise. Par exemple, vous avez envie de vous sentir plus utile, en œuvrant pour la protection de l'environnement ou des pays du Tiers-Monde.

Certains, comme l'anthropologue américain, David Graber, parle des Bullshit jobs, pour désigner ces métiers perçus comme vides de sens : " Des populations, en Europe et en Amérique du Nord particulièrement, passent toute leur vie professionnelle à effectuer des tâches dont elles pensent secrètement qu’elles n’ont pas vraiment lieu d’être. Cette situation provoque des dégâts moraux et spirituels profonds. C’est une cicatrice qui balafre notre âme collective. Et pourtant, personne n’en parle.(…) C’est comme si quelqu’un s’amusait à inventer des emplois inutiles dans le seul but de nous garder tous occupés. " Extrait du livre Bullshit jobs de David Graeber (2019).

Comment savoir si vous êtes victime de bore-out ou

de brown-out au travail ?

Je vous invite à faire l'exercice ci-dessous (il comporte deux pages : cliquez sur le curseur à droite pour accéder à la page suivante).

☞ Si vous cochez plus de trois cases, attention vous présentez un risque de bore-out ou de brown-out.


Ennui au travail par Anne Gdhen

Comment l'ennui au travail peut-il épuiser ?

Ce phénomène est plus insidieux que le burn-out. Il met plus de temps à s'installer. Mais, le manque de stimulations du cerveau finit par l'épuiser tout autant. Cette situation tend à créer de la culpabilité, de l'anxiété, de la frustration et une perte d'estime de soi.

Tout cela est très énergivore pour notre système nerveux : la personne qui en est victime tente de "donner le change", en se contrôlant en permanence. Ne rien faire met dans un état de tension. La personne le paie au prix d'une fatigue extrême.

Certains spécialistes parlent de "dissonance cognitive" : faire des actions qui ne correspondent pas du tout à ses envies.

Cette situation est grave si elle perdure. Outre les risques psychiques (dévalorisation, stress, anxiété, voire dépression), elle peut altérer la santé physique (lombalgies, soucis digestifs, tendinites chroniques, problèmes circulatoires ou oculaires par exemple, voire maladies cardio-vasculaires selon certaines études).

Pourquoi les personnes hypersensibles sont-elles davantage touchées par ce syndrome ?

Certains profils sont susceptibles d'être davantage victimes d'ennui au travail. Je songe aux personnes hypersensibles et/ou hauts potentielles.
  1. Les hypersensibles personnes ont une grande créativité et un besoin d'accomplissement de soi souvent élevés. Ils ont des valeurs fortes, tel que se sentir utile par exemple.
  2. Leur cerveau est hyperactif et "s'ennuie" très vite en l'absence de stimuli extérieurs.
  3. Les hypersensibles ont besoin d'un environnement de travail de qualité pour donner le meilleur d'eux-mêmes. La qualité des relations humaines est très importante pour eux. Or, dans les cas de bore-out dus à une placardisation, la victime peut se
    retrouver isolée, voire ostracisée par la hiérarchie ou ses collègues.

J'en ai moi-même fait l'amère expérience dans l'un de mes anciens postes durant des années. Après introspection, l'ennui ne venait pas de l'absence de travail, mais plutôt d'une sous-utilisation de mes talents naturels (créativité, besoin d'échange et de donner un sens à mes missions...), sans oublier une non-satisfaction de mon besoin d'autonomie (cf mon témoignage en vidéo).

☞ Si vous ressentez cet ennui au travail, vous avez peut-être un profil hypersensible et/ou haut-potentiel.

Mon témoignage

Comment s'en sortir?

- Demandez un rendez-vous auprès de votre hiérarchie pour expliquer votre mal-être

↪︎ Selon la loi, le bore-out n'est pas encore reconnu comme maladie professionnelle. Toutefois, s'il s'agit d'une placardisation abusive, cette situation peut être reconnue comme du harcèlement moral (ce qui est reconnu par le code du travail, articles L 1152 et suivants).

- Vous pouvez demander une réévaluation de vos missions, pour qu'elles soient plus adaptées à votre niveau d'études et à votre expertise.

- Vous pouvez réfléchir à des solutions de mutation au sein de votre entreprise, en demandant un rendez-vous aux Ressources humaines ou à un conseiller en évolution professionnelle.

- Si la situation perdure et reste bloquée, vous pouvez réfléchir à un changement d'entreprise ou d'administration, voire à une reconversion professionnelle.

➡︎ Si vous êtes dans cette situation et que vous ressentez le besoin d'être accompagné(e), je suis là pour vous aider. 😊

↪︎ Je peux vous aider à "tenir" le temps de trouver une solution de départ (car un changement pro peut être long et complexe, surtout si vous avez des résistances internes et externes. Vous aurez besoin de reprendre confiance en vous et de (re)découvrir votre potentiel...). Un accompagnement vous permettra aussi d'identifier vos résistances et vos conflits de valeurs, pour les dépasser et passer à l'action pour sortir de cette impasse. 

↪︎ Je peux vous aider à "sortir du brouillard" et à trouver un solution viable pour quitter votre travail, en trouvant un autre métier qui vous convienne mieux.



Qui suis-je ?

Je m'appelle Anne Gdhen

J‘aide les personnes sensibles, ambitieuses et déterminées (hypersensibles, hauts potentielles ou multipotentielles) à construire une vie professionnelle plus épanouie et alignée.

Après vingt-cinq ans dans la fonction publique, j'ai choisi de devenir coach et préparatrice mentale, pour accompagner les personnes qui veulent développer leur confiance en soi dans leur milieu professionnel pour réussir les objectifs qui leur tiennent à cœur. 

J'ai choisi aussi de vous accompagner à trouver un métier qui vous ressemble et à oser sauter le pas, comme moi, malgré vos peurs et vos doutes.

J'ai été moi-même victime de mal-être professionnel (cf mon témoignage dans la vidéo ci-dessus). J'ai choisi alors de transformer cette souffrance intérieure en expérience pour vous accompagner.

J'ai à cœur maintenant de vous aider à découvrir votre potentiel et de le mettre au service d'un métier qui vous plaise, qui vous permettre d'être plus épanouie.

Je propose différents types d'accompagnement (formations en ligne ou accompagnements individuels), pour augmenter la confiance en vous, retrouver la clarté et la motivation au travail, réussir vos challenges professionnels.

Je pars du principe (pour l'avoir vécu moi-même) qu'il importe d'abord d'augmenter la confiance, l'estime et la connaissance de soi, avant d'envisager éventuellement de changer de métier. Parfois, un travail sur soi permet de gagner en clarté et d'avoir un autre regard sur son environnement professionnel. Cela permet alors de s'affirmer davantage sans être obligé de quitter son métier (sauf s'il ne vous correspond plus du tout comme ce fut mon cas).


Je suis Master Coach certifiée et praticienne en Programmation neuro-linguistique (PNL) de l'Institut international de coaching (ICI) de Genève.

Formée également à l'analyse transactionnelle, à la Communication non-violente (CNV) et à la préparation mentale, je peux vous aider à réussir vos objectifs, à vous affirmer et à gagner en clarté.

Mon expérience professionnelle et mon cursus me permettent de vous accompagner sur votre chemin d'évolution professionnelle et personnelle.


Merci de partager cette proposition, si vous connaissez d'autres personnes intéressées.

.